Bôndy
Bôndy

Reverdir Madagascar, à quel Prix ?

Publié le : 06 janvier 2021

En ce mois de décembre, tradi­tionnellement, les valses de reboisement vont faire leur retour dans les médias. Telle entreprise, école, ministère ou encore église expose fièrement son action de reboisement. Pourtant, la surface forestière à Madagas­car diminue à un rythme élevé. (510 000 ha déboisés en 2017 d’après Global Forest Watch.)

Arrêter les «reboisements selfies» Les initiatives de reboisement ont fleuri dans toutes les directions sans réels sens, stratégies ni résultats. En plus d’être un enjeu clé contre le réchauffe­ment climatique et la protection de la biodiversité malgache, la lutte contre la déforestation est devenue un pilier de communication où chacun essaye de s’engouffrer. Bien que les volontés puis­sent être bonnes et sincères au départ, certains reboisements n’aboutissent à aucun résultat voire pire, peuvent entraîner des catastrophes écologiques. Sans expertise technique, suivi des arbres ni implication des populations locales, ce n’est pas du reboisement.

(Re)Valoriser les arbres à Madagascar

Contrairement aux idées reçues, les arbres ont une importante valeur écono­mique et sociales et sont donc un bon investissement ainsi qu’une opportunité de développement pour Madagascar ! Les ressources forestières ligneuses (bois) ou non ligneuses (Huiles essentielles, épices, fruits…) contribuent au développe­ment économique et social des zones rurales à Madagascar. Dans son modèle, Bôndy plante des arbres utiles chez ses paysans partenaires pour fournir de façon optimale des ressources alimentaires, en énergies, et en revenus. Cela prend la forme d’un domaine agrofo­restier responsable et durable. Il est important que les arbres «vivants» repré­sentent plus de valeur aux yeux des paysans que de les couper.

L’urgence de reverdir Madagascar: une stratégie nationale claire et une implication du secteur privé

Il y a urgence. Si nous ne réagissons pas, c’est un avenir sombre qui s’annonce pour Madagascar et nos conditions de vie. Planter un arbre, c’est croire en l’avenir. Encore faut-il le planter correcte­ment. Un reboisement réussi se prépare au moins un an à l’avance et doit être suivi pendant plusieurs années après la mise en terre. Une stratégie nationale claire et définie doit inciter et évaluer les projets de reboisement sur des critères qualitatifs et non quantitatifs. Chaque reboisement doit être déclaré, faire l’objet d’un rapport et supervisé par un organisme spécialisé (public ou privé reconnu).

Reverdir Madagascar est ambitieux mais réalisable. Les racines de la réussite de ce projet résident dans l’engagement de chaque partie prenante (Etat, secteur privé, société civile). Nous, mais surtout les générations futures récolteront le fruit de cet effort collectif.

Parution dans l‘Express Madagascar


Actualités similaires